Jocelyne GUETIN-MALEPRADE

J’ai d’abord enseigné en tant qu’institutrice. Puis, j’ai repris mes études en préparant parallèlement le diplôme national des Beaux Arts et le CAPES d’Arts Plastiques. A l’école des Beaux Arts de Mâcon, je me suis spécialisée en gravure. J’ai ensuite enseigné les arts plastiques en collège, puis en Lycée. Depuis 2009, je suis à la retraite. Je peins et participe à diverses expositions. En 2013, j’ai aussi repris la gravure, à l’école d’arts plastiques « Le Polaris » à Corbas et participe à l’exposition annuelle. Depuis 2015, d’autre part, j’ai régulièrement participé aux expositions du Salon de l’Ouest Lyonnais. En février 2019, une exposition personnelle a eu lieu à la galerie Léty à Vienne. Je pratique à la fois la gravure et la peinture, en pensant que ces techniques peuvent s’enrichir mutuellement. J’aime travailler par séries afin d’exploiter une piste, un thème, de manière approfondie en cherchant des solutions plastiques nouvelles à chaque fois. D’une manière générale, j’essaye de mettre à jour un monde complexe et mystérieux, parfois mouvant, parfois calme, à la limite entre la figuration et l’abstraction. L’observation du réel n’est pour moi qu’un point de départ qui me sert de tremplin pour aller plus loin, à la manière d’un explorateur. Cette année, j’ai commencé une série que j’ai intitulée « Bouillons de culture ». J’ai d’abord observé des vues au microscope : des virus, des microbes, des cellules de toutes sortes… Toutefois, je m’en suis assez vite éloignée. Finalement j’ai privilégié les idées de prolifération, d’évolution, de dynamisme… de vie ! Il me semble que je rejoins ainsi, à ma manière, l’affirmation de Paul Klee : « L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible ».